Des ragosses en ville ?

ragosselogoLES RAGOSSES : POUR OU CONTRE ?
(tiré de « l’echo des ragosses » : bulletin de liaison de l’association – n°21, Septembre 2003)

L’entretien des arbres du domaine communal, surtout l’émondage en ragosses de chênes à  la Saudrais a suscité ce printemps des discussions quant à l’opportunité et l’intérêt d’un tel ravalement. Nous avons voulu à SGNE consacrer à ce sujet un numéro spécial du bulletin de liaison pour apporter des éléments de réflexion et permettre à divers points de vue de s’exprimer…

L’un d’entre nous demandait l’avis d’une expert (Marc Rumelhart) en ces termes : “Ici en Ille-et-Vilaine, les arbres des talus sont taillés en ragosses… Pour ma part je suis scandalisé par cette manière de traiter ces arbres en ne respectant pas leur port, leur silhouette et leur santé…”.

ragosses1

M. Rumelhart répondait : “Si on me bande les yeux et qu’on me largue dans le bassin de Rennes, je parie que je m’y reconnais en moins d’un quart d’heure à l’abondance des ribambelles de ragosses (que des peintres et des poètes ont chantées) ; et je ne peux pas en dire autant pour d’autres paysages de bocage de l’ouest, beaucoup moins singuliers. L’identité d’un pays n’est-ce pas aussi ce que nos ancêtres y ont fait avec les arbres ?”

On pourrait lire dans la même veine l’article de Samuel Perichon intitulé : “LE POUVOIR DES ARBRES VISIBLES, OU COMMENT AFFIRMER UN TERRITOIRE AGRICOLE : L’étonnant maintien de l’émondage en ragosse dans l’agglomération de Rennes”.

Les ragosses disparaissent, mais moins rapidement  que ne le laisserait prévoir l’évolution économique :

“Si l’usage des fagots, bien qu’accessoire, perdure encore, son abandon à terme ne fait, lui, aucun doute pour les jeunes agriculteurs. Le fagot, ressource convoitée car indispensable pour le chauffage domestique et la cuisson des aliments dans la société agricole, est aujourd’hui devenu un simple produit d’émondage sans réel intérêt qu’il convient de brûler sur place. (p. 5)

  • D’autre part, et contrairement à ce qu’on pourrait croire, que l’intérêt économique ne justifie pas toujours la manière dont les agriculteurs organisent et entretiennent l’espace agricole ;
  • Enfin que les haies ne doivent pas être considérées seulement comme de simples éléments structurant du paysage mais comme la réponse des agriculteurs aux changements de la société dans laquelle ils vivent. ” (p. 8)

ragosses2

Pour creuser le sujet, nous  avons demandé à Dominique Mansion de venir nous parler de sa passion pour les trognes, terme sous lequel il regroupe tous les arbres périodiquement émondés : saules têtards, ragosses, etc.. Il a écrit deux articles dans “La Garance voyageuse”.

1. Les trognes : (LGV n°57, p33 à 38) Marqueurs des paysages ruraux traditionnels, les arbres taillés nous racontent une  vieille histoire commune de l’homme et du végétal. C’était un système pourvoyeur de fourrage, (frêne, orme), de bois de chauffage (chêne), et de matériaux pour la vannerie (osier)

2. La trogne écosystème : (LGV n°58 , p 7 à 12) La taille répétée d’un arbre modifie son aspect et son évolution et génère une certaine biodiversité … Les arbres deviennent creux et offrent un refuge pour certains insectes (osmoderma eremita) devenus rares, aux oiseaux de nuit (chouette, hulotte ou chevêche, moyen-duc) et accueillent même les cabanes des enfants…